pour la rosée qui trembe au calice des fleurs
de n’être pas aimée et ressembe à ton coeur
je t’aime
pour le noir de la pluie au clavecin de l’étang
jouant page de lune et ressemble à ton chant
je t’aime
pour l’aube qui balance sur le fil d’horizon
lumineuse et fragile et ressemble à ton front
je t’aime

à l’aurore légère qu’un oiseau fait frémir
en la battant de l’aile et ressembles à ton rire
je t’aime
pour le jour qui se lève et dentelles de bois
au point de la lumière et ressembe à ta joie
je t’aime
pour le jour qui revient d’une nuit sans amour
et ressembe déjà, ressembe à ton retour
je t’aime
pour la porte qui s’ouvre pour le cri qui jaillit
ensemble de deux coeurs et ressemble à ce cri
je t’aime… je t’aime je t’aime